Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 17:01

Charles SANNAT nous explique pourquoi, en période de crise, le placement alternatif et notamment dans le vin est beaucoup plus intéressant qu'on nous le dit...
on printre Sharing Services

Charles Sannat nous explique pourquoi garnir sa cave est beaucoup plus sûr que placer son argent à la banque.

 

Alors que le taux d'intérêt du Livret A est maintenu à 2,25 %, les Français investissent de plus en plus dans des produits atypiques, notamment le vin... Photo : Sanjay Acharya

 

Je vous reproduis ci-dessous une mise en garde publiée aujourd’hui par l’AMF, vous savez, c’est l’Autorité des marchés financiers. C’est donc l’organisme qui, dans sa grande sagesse et sa grande mansuétude, est censée protéger les intérêts financiersd’un petit peuple qui n’est en aucun cas ni assez grand ni assez mature pour prendre lui-même ses décisions en terme de placements et d’épargne. C’est vrai ça, vous n’y connaissez rien du tout. Alors il faut vous aider à tenir votre stylo pour que vous placiez vos sous… Là où on veut que vous placiez vos sous.

Par exemple, actuellement, on attend de vous que vous mettiez votre argent dans les contrats d’assurance vie en fonds euro et sur votre livret A. Dans tous les cas, ces sous seront récupérés par l’État en étant placés sous forme d’obligations du trésor… qui ne vous seront sans doute pour la plupart jamais remboursés.

Le vin est le seul actif à rester, sauf cas de gel très fort, totalement liquide

Comme manifestement certains d’entre vous ont compris qu’il risquait à terme d’y avoir quelques menus problèmes de solvabilité, les gens, dans leur logique populaire, commencent de plus en plus nombreux d’ailleurs à se tourner vers des placements dits par l’AMF « alternatifs ». Et ça, vraiment, ce n’est pas bien du tout. On peut même imaginer que très bientôt vous serez taxés de mauvais Français. Pour les très riches qui préfèrent aller se faire taxer outre-Hexagone, c’est déjà le cas. Appel au patriotisme par une gauche qui, disons-le clairement, « crache » sur l’idée du patriotisme qui est forcément une valeur ringarde de droite voire plutôt d’extrême droite depuis environ trente ans.

Mais aujourd’hui il faut être patriote. Comprenez par-là que vous devezaccepter de vous faire ruiner sans rien faire ni rien dire par votre propre pays… Voilà la définition du patriotisme par la gauche « Hollandaise », ce qui explique que les gens aillent payer leurs impôts en Belgique… Bref, pour les autres, ceux qui ont décidé de placer leur argent de façon alternative, ce n’est pas bien. C’est vrai ça, vous osez sortir des sentiers battus.

Le problème des placements financiers alternatifs, ce n’est pas qu’ils ne soient pas surveillés par l’AMF. Lorsque je vois tout l’argent parti en fumée des épargnants des banques lors du dernier krach, je ris sous cape. Ces millions d’épargnants ont été collectivement ruinés par les banques, qui sont censées être sous le contrôle de l’AMF, sans que cela ne pose aucun problème à qui que ce soit. Aucun recours ou presque car vous aviez signé tous les papiers…

Et justement, vos sous manquent aux banques. Non seulement vous ne payez plus de commissions, de droits d’entrées, de frais de gestion sur les placements que vous auriez dû faire, mais en plus vous retirez l’argent des banques, ce qui leur pose un problème de liquidités. Et ça, ce n’est pas bon du tout pour les banques. Alors il va commencer à falloir vous décourager. Pour cela, le principe est simple : vous faire peur.

Le vin est le seul actif que vous pouvez consommer quand tout va mal

Je constate tout de même que l’AMF n’a pas osé parler de l’or ou des pièces d’or dans son communiqué de mise en garde, mais plutôt de l’art ou des bouteilles de vins. Je ne travaille pas dans une société de placements alternatifs en vins, et pourtant je vais défendre cette idée. Pourquoi ? Parce que le vin est le seul actif à rester, sauf cas de gel très fort, totalement liquide (vous apprécierez l’humour).

Parce que le vin est le seul actif que vous pouvez consommer quand tout va mal et qui vous changera au moins les idées à défaut de remplir votre porte-monnaie. Parce que l’alcool lors de toute crise est une monnaie d’échange. Parce que le vin, depuis la nuit des temps, est la boisson des dieux et un des plaisirs au quotidien. Parce qu’une bonne bouteille sait parfaitement accompagner un bon plat et un moment de convivialité partagés en famille ou entre amis. Parce que le vin, c’est aussi la vie.

Alors maintenant essayez de faire tout cela avec un contrat d’assurance vie classique vendu par une banque classique, contrôlée par l’AMF ? Alors de vous à moi, remplissez votre cave de bonnes bouteilles. N’écoutez pas l’AMF, lorsque tout ce cinéma prendra fin, que l’épargne se volatilisera dans un immense feu de joie monétaire international… Il vous restera votre cave… car le vin, c’est un actif tangible, comme l’or, l’argent (le métal), les terres agricoles, les forêts ou l’immobilier.

N’imaginez pas gagner de l’argent dans la période actuelle. Votre objectif doit être de ne pas en perdre et de migrer au maximum vers les actifs tangibles et justement vers les placements alternatifs. Cela ne vous exempte pas de réfléchir, ni de sélectionner vos fournisseurs de solutions de placements. L’AMF vous met en garde, et pour le coup à juste titre, sur les placements avec des taux de rendements mirifiques. Ne soyez pas naïfs, et d’ailleurs je ne pense pas que vous le soyez.

Le vin est un actif tangible, comme l’or, l’argent, les terres agricoles, les forêts ou l’immobilier

Tout le monde sait que je suis un fervent partisan de l’or, et l’or depuis douze ans ne nous a pas déçus, mais jamais, au grand jamais, vous ne m’entendrez promettre quelque rendement que ce soit ou plutôt unpourcentage d’appréciation sur mon métal jaune préféré. Personne ne peut vous donner de garantie de ce type. On peut vous faire des simulations, on peut réfléchir, essayer de faire des raisonnements qui permettent d’aboutir à un choix de type de placements, mais tout placement reste soumis à des aléas, à des hausses et… à des baisses ou à des mouvements de correction, ce qui est le cas de l’or, sans que cela ne remette en cause les fondamentaux économiques.

Pour le reste, et pour parler avec de nombreux membres d’Aucoffre.com, je peux vous assurer que les épargnants ne cherchent pas des taux d’intérêt élevés mais de la sécurité. Et c’est là que l’AMF se trompe lourdement sur la réalité des choses ou sur l’intérêt que suscitent les placements alternatifs. Ma conviction, c’est que vous risquerez moins, n’en déplaise à notre chère AMF qui est à la protection du patrimoine des gens ce que fut la ligne Maginot à la protection de la France, en achetant du vin qu’en laissant vos sous dans les banques… si en plus au fond de la cave vous enterrez quelques pièces d’or ou quelques lingots en fonction de votre fortune, vous serez sans doute… en meilleure position que beaucoup pour passer cette crise.

Ce communiqué aujourd’hui de l’AMF me semble très important, pas tant par ce qu’il dit que par ce qu’il révèle. Il montre à tous un premier signe tangible de la perte de confiance des épargnants dans le système. C’est une bonne nouvelle par bien des égards. C’en est également une mauvaise. Car lorsque nous serons trop nombreux à perdre confiance dans le système financier actuel, alors celui-cis’écroulera de lui-même par manque de combattants.

L'AMF rappelle que le vin n'est pas soumis à la règlementation protectrice des instruments financiers

La perte de confiance est un phénomène autoréalisateur et particulièrement dangereux car cela peut être rapide, très rapide. L’Autorité des marchés financiers appelle les épargnants à la plus grande vigilance en matière de placements atypiques proposés au public. L’AMF met en garde le public sur les placements atypiques proposés aux épargnants dans des secteurs aussi divers que les lettres et manuscrits, les œuvres d’art, les panneaux solaires, les timbres, le vin, les diamants ou autres secteurs de niche. L’AMF rappelle aux épargnants que ces secteurs ne sont pas soumis à la règlementation protectrice des instruments financiers. Cela signifie notamment que les documents commerciaux établis par la société ne sont pas examinés par l’AMF.

En raison de la faiblesse actuelle des taux d’intérêts, les épargnants sont de plus en plus incités à investir leur épargne dans d’autres types de placements que les placements financiers traditionnels. L’AMF a ainsi pu constater le développement d’offres émanant d’acteurs qui proposent des investissements, aux rendements annoncés flatteurs, dans des secteurs aussi divers que les lettres et manuscrits, les œuvres d’art, les panneaux solaires, les timbres, le vin, les diamants ou autres secteurs de niche.

L’AMF souhaite rappeler aux épargnants que ces secteurs ne sont pas soumis à la règlementation protectrice des instruments financiers. Si le produit proposé n’est pas régulé par l’AMF, alors les documents commerciaux établis par la société ne seront pas examinés par l’AMF. En cas de problème, les recours seraient limités.

Avant tout investissement, des règles de vigilance s'imposent

L’AMF recommande par conséquent aux épargnants d’appliquer desrègles de vigilance avant tout investissement. Ces règles sont valables pour un produit financier et a fortiori pour tout produit qui ne relève pas de la sphère financière régulée :

- aucun discours commercial ne doit vous faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé. Tout produit affichant un rendement supérieur au taux monétaire (l’épargnant pourra aussi se référer au taux du livret A) comporte a priori un risque sensible ;

- les informations communiquées par votre  intermédiaire doivent être claires et compréhensibles. L’adage « n’investissez pas dans ce que vous ne comprenez pas parfaitement » vous évitera bien des déconvenues ;

- obtenez un socle minimal d’informations sur les sociétés ouintermédiaires qui vous proposent le produit (identité sociale, pays d’établissement, responsabilité civile, règles d’organisation, etc.) ;

- posez-vous la question de savoir comment, et par qui, est réalisée lavalorisation (prix d’achat ou de vente) du produit proposé ;

- renseignez-vous précisément sur les règles ou mécanismes mis en place qui permettent la revente du produit. 

 

Source: Trad'Consulting par Charles SANNAT via www.jolpress.com 

Partager cet article

Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article

commentaires