Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 21:34

Plongée au coeur du marketing

Les canettes sont vendues 2,50 euros l'unité.

Les canettes sont vendues 2,50 euros l'unité. Crédits photo : Winestar/Fabulous Brands

Une start-up espère séduire les jeunes, plus portés sur la bière, les sodas et les alcools forts.

 

 

Finis la bière et lsodas à l'heure du pique -nique, du barbecue et de l'apéro! Une start-up française, Fabulous Brands, veut imposer les canettes de vin en dehors des repas traditionnels. «Nous voulons devenir le Nespresso du vin et le démocratiser, estime Cédric Segal, cofondateur de Fabulous Brands, qui a lancé la marque de vin en canettes Winestar. Il n'y a pas aujourd'hui d'offre de qualité en petits formats.»

Si le vin en canette - comme les bag-in-box - est considéré par les puristes comme une hérésie, la jeune start-up n'en a cure. Winestar cible en priorité les jeunes qui ont tendance à bouder le vin au profit des sodas, de la bière et des alcools forts, notamment lorsqu'ils se déplacent. Il a choisi de se positionner sur le haut de gamme, en sélectionnant uniquement des AOC, tout en restant accessible (2,50 euros l'unité). Après une première gamme de rouge, blanc et rosé issus du domaine Château de l'Ille, la marque commercialisera d'ici à la fin de l'année des vins de Bordeaux, de Bourgogne et de Côtes-du-Rhône

Un moyen de se distinguer des quelques marques de vin de cépage qui se sont déjà lancées sur ce créneau des canettes mais qui restent marginales. Winestar vise 1,3 million d'euros de chiffre d'affaires en France cette année et parie sur un développement exponentiel. La marque a fait appel à un professionnel de l'emballage, Ball, leader mondial, n° 2 en Europe - l'un des fournisseurs de Coca-Cola, de PepsiCo ou encore de Kro - pour concevoir une canette adaptée au vin. «L'emballage est complètement hermétique, explique Philippe Vanhelst, directeur des ventes pour Ball Packaging Europe. Grâce à l'épaisseur du métal et au revêtement intérieur, il protège de la lumière et de la chaleur, permet de conserver la qualité pendant douze mois et surtout d'éviter l'oxydation.»

Un marché européen en hausse

La distribution des canettes Winestar reste encore limitée à quelques cavistes indépendants, des boulangeries et des points de vente sélectifs comme le Drugstore Publicis ou les Galeries Gourmandes, à Paris. Dans quelques jours, elles feront leur apparition dans les magasins Carrefour City. Winestar - qui rêve de s'installer dans les cantines, dans les trains ou encore dans les avions - multiplie par ailleurs les contacts avec les entreprises de restauration collective et de plateaux-repas.

Il s'agit d'un pari audacieux en France, où le marché est à peine naissant (moins de 1 % du marché). Winestar, dont le fondateur s'est inspiré de vins australiens vendus en canettes au Japon, espère que l'Hexagone atteindra bientôt le niveau de maturité de l'Allemagne où quelque 60 millions de canettes de vin sont vendues chaque année. Là-bas, les réticences culturelles sont moins importantes. «Si nous atteignions 3 % du marché français d'ici à dix ans, ce serait déjà une belle performance, confie Philippe Vanhelst, qui y voit un relais de croissance dans un marché du vin qui a tendance à stagner en France. Sans prétendre remplacer les bouteilles en verre, nous faisons le pari qu'il s'agit d'une niche qui va se développer.» En Europe, ce marché augmente de 10 à 15 % chaque année. Il commence même à intéresser les marques de distributeurs. L'enseigne de hard discount Lidl vient ainsi de lancer en Allemagne ses propres canettes fournies par Ball.

Source: Trad'Consulting par keren Lentschner via www.lefigaro.fr


Partager cet article

Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article

commentaires