Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 13:47

 

Harris Interactive a interrogé les Français* sur leur fréquentation du Drive** pour les courses alimentaires du quotidien, afin de mieux cerner l’évolution de ce nouveau circuit versus les circuits « traditionnels », l’image du Drive et les motivations de fréquentation.

MODRIVE.jpg

Que retenir de cette enquête?

 

Le Drive s’inscrit doucement mais sûrement dans les habitudes et dans les mentalités des Français

  • Si la fréquentation des enseignes Drive en France reste encore limitée, celle-ci n’est plus du tout anecdotique! Près d’un Français sur cinq déclare avoir déjà utilisé cette nouvelle forme de distribution,
  • Mais surtout ce circuit présente un vrai potentiel puisque…
    • Il convainc les utilisateurs actuels : plus de la moitié d’entre eux déclare fréquenter de plus en plus ce circuit alors que seul un quart a abandonné,
    • Le Drive apparait en phase avec les besoins de simplicité/facilité du consommateur d’aujourd’hui, tout en ne générant pas d’attentes exceptionnelles. Et c’est sans doute là une de ses vraies forces car le Drive n’est pas surprometteur.
  • L’attrait pour le Drive se construit par réaction aux contraintes de l’hyper, mais malgré tout, l’utilisateur du drive continue de fréquenter l’hyper (plus des 2/3 des clients du Drive), de même que le supermarché et le Hard Discount, les 3 circuits pour lesquels la mixité est la plus forte.

 

 

Le Drive, un mode de consommation dans l’air du temps : il apporte facilité, sérénité tout en évitant la tentation…

  • La « facilité » est la première des qualités les plus associées au Drive : 75% des Français sont d’accord pour dire que « le Drive, c’est facile » ! Ils apprécient dans cette forme de distribution la liberté de la commande en ligne (gain de temps, commande 24h/24,7j/7…) sans les contraintes de la livraison à domicile (récupération rapide des courses, pas l’attente de la livraison au domicile …),
  • La sérénité, l’absence de foule, de stress sont des qualités également fortement associées au Drive (pour 73% des Français),
  • De plus, en ces temps de crise, l’achat raisonné (pour 73% des Français) et la maitrise du budget sont des qualités reconnues du Drive, même si on ne fréquente pas le Drive pour les prix (seulement 23% des Français sont d’accord pour dire que « le Drive, ce n'est pas cher »).

 

 

Et le Drive tient ses promesses :

  • Il convainc particulièrement sur ces qualités puisque les utilisateurs actuels sont…
    • 95% à associer ce circuit à la facilité,
    • 91% à la sérénité et à l’absence de stress,
    • Et 83% à percevoir le Drive comme moins tentant que le magasin. Ce dernier point joue comme un critère clé dans les motivations de visites, notamment pour les femmes.

 

 

Paradoxalement, malgré ses atouts, le Drive ne s’impose pas, aux yeux des Français, comme un circuit innovant :

  • 13% seulement des Français sont tout à fait d’accord avec l’idée que ‘le drive c’est l’avenir’
  • et 14% le perçoivent comme le meilleur circuit pour répondre à leurs besoins et attentes.
    • Ceci, sans doute, parce que le Drive…
      • …n’est pas associé au plaisir : 49% seulement déclarent à propos du Drive ‘c'est le plaisir des courses sans les contraintes’
      • … mais au contraire évoque…
        • Un univers déshumanisé pour 71% des Français,
        • Un choix limité de produits pour 68%, et encore davantage pour les clients actuels (78%) et les mixeurs Drive-Hyper (83%),
        • Un manque de contact avec le produit



Les enseignes ont sans doute ici des axes de travail : rendre l’expérience plus agréable avec le personnel sur place, et offrir une plus grande richesse et diversité de l’offre de produits : le Drive ne doit pas être synonyme d’absence de lien social ni de privation! Mais avec une offre plus large, le Drive risque de cannibaliser encore davantage l’hyper qui est le seul format à bénéficier pleinement de cet atout.

 

 

Le Drive séduit surtout les Françaises, les moins de 35 ans et les provinciaux

  • Les clients actuels du Drive sont des femmes (59%) et des jeunes (52% sont âgés de moins de 34 ans) qui habitent principalement en Province (88% d’entre eux).
  • Les femmes sont particulièrement séduites par le Drive pour sa facilité, la liberté qu’il apporte, son efficacité ainsi que pour l’absence de tentation qui découle de ce mode de distribution. Elles perçoivent moins une déshumanisation du circuit, sans doute parce que le Drive permet, pour elles, de passer plus de temps en famille.
  • Les CSP- sont également sensibles au caractère moins tentant du circuit.

 

 

Pour finir, cette étude montre que les Français manifestent une nette préférence pour certaines enseignes, bien que ces dernières ne soient pas toujours les plus présentes sur le Drive actuellement.



Pour en savoir plus, les principaux résultats de cette étude sont disponibles sur simple demande auprès de Nadine Porge, Directrice du Pôle Distribution nporge@harrisinteractive.fr ou de Thierry Backer, Directeur du Département Consumer tbacker@harrisinteractive.fr.

 

 

Source: Trad'Consulting via www.harrisinteractive.fr



* Enquête réalisée en ligne du 27 juin au 4 juillet 2012 à partir de l’access panel Harris Interactive. Echantillon de 1000 individus représentatifs de la population française, âgés de 15 ans et plus. Méthode des quotas sur les variables suivantes: sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).
** Drive : formule qui permet de commander via le site Internet d’une enseigne, puis de venir chercher ses courses dans un point retrait, courses chargées par un employé directement dans la voiture du client.

 

 

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 11:30

  M.O.F: Peut-on remettre en cause le titre et l'utilisation qui en est faite?

                                                                    

 

Humeurs Par Anne de LA Forest

 

Je suis de celles que le talent, la passion, l’energie et le sacrifice font pleurer d’émotion et d’admiration. Le titre de Meilleurs Ouvriers de France est LA consécration de la perfection au travers du travail de l’excellence. Tout est dit ! Si les métiers de la restauration et de l’hôtellerie sont les plus « médiatisés », le concours rassemble près d’une vingtaine de catégories de professions et 140  métiers ainsi que  plus de 6000 candidats à chaque concours. Face à le frénésie du monde culinaire et au développement incessant de ces commerces de créations pâtissières ou chocolatières qui vendent leurs produits tels des joyaux hors normes, l’appât du gain, en période de crise qui plus est, a transformé certains membres en industriels à touristes, grossiers et irrespectueux de cette reconnaissance ultime. Perfection et excellence a-t-on dit ?

 

Je n’en dirai pas plus, loin de moi l’envie de m’attirer les foudres ici et je suis sûre que nombreux sont ceux qui adhèreront à mon petit coup de gueule féminin. Car oui je voulais juste râler un peu, ronchonner haut et fort aujourd’hui où le monde rame alors qu’il est rempli de talentueux artisans en tous genres, attendant leur tour pour gagner une petite place au soleil quand d’autres, au prix de leurs efforts et d’un talent certe certe reconnu à une époque, s’éloignent furieusement de leur engagement  moral d’être à la « Recherche constante du progrès et de la perfection à travers l’excellence du travail »**)… Je me remets à pleurer, mais nettement moins émue.

 

Quels sont les engagements d’un diplômé MOF ?

Pour Jean-Pierre Galaup,  délégué général du COET (Comité d’Organisation des Expositions et du Travail  organisateur du concours) « le concours des MOF est à la
fois un conservatoire des traditions et un laboratoire de la modernité. Vitrine de l’excellence  du savoir-faire français, reconnu même au delà de nos frontières, ce concours récompense la  transmission d’une tradition et la capacité d’adaptation aux nouvelles technologies. » Cette capacité d’adaptation, tous les MOF ne l’ont pas… la tentant pour certain au détriment de la qualité, du goût et de leur image.  Une fois diplomé, un MOF est-il contrôlé ? Son titre, largement mis en avant commercialement, peut-il être remis en cause pour non respect de certains principes ? Je n’ai pas approfondi la question…mais elle se pose vraiment.

 

Quand un médecin prête serment, il reste contrôlé toute sa carrière  est sanctionné en cas de défaillance (je ne parle pas uniquement du serment d’hypocrate dont la vie d’un patient peut être mis en jeu mais de leur code déontologie), qu’en est-il d’un MOF  ? les MOF étant regroupés au sein d’une société, il existe une charte  qui reprend les principes que doivent respecter les adhérents. Celle-ci se veut être « un lien entre l’esprit qui préside à la préparation des candidats au concours et la continuité philosophique de l’action sociale et morale après l’obtention du titre MOF. Il en est ainsi depuis 1929 (…) elle donne à nos actions un objectif d’idéal, de valeurs, de traditions à respecter et à transmettre aux nouvelles générations MOF. »*

 

Les Dix principes*

1- Être volontairement décidé à appartenir à la société des Meilleurs Ouvriers de France. 

2- Être soucieux de faire valoir l’idéal et l’engagement en toute circonstance de la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France.

3- Être l’exemple sincère et respectueux des valeurs que véhicule l’image des Meilleurs Ouvriers de France.

4- Être un représentant irréprochable de ce que doit être le comportement moral.

5- Être à la recherche constante du progrès et de la perfection.

6- Être ouvert à la création et à l’innovation pour contribuer à l’évolution de la culture.

7- Être avec simplicité et modestie, le médiateur de l’échange et de la transmission de ses connaissances.

8- Être généreux, solidaire et disponible.

9- Être à la découverte des futurs acteurs des métiers et les encourager dans leur évolution.

10- Être à l’écoute de toutes discussions et réflexions dans un esprit d’ouverture et de tolérance.

 

 

Source: Trad'Consulting par ANNE DE LA FOREST via www.anneiscooking.com

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 08:10

Le chiffre du jour : la météo maussade de septembre fait baisser de - 3,8 % le chiffre d'affaires du rayon liquides en GMS [B. Mo.]

  rayon-boissons-vins.jpg

 

La météo du mois de septembre 2012 a été, au niveau national, plus froide que celle très favorable de septembre 2011 : environ - 1,7°C d'écart. Ce qui a impacté de manière significative les ventes de boissons en GMS.

 

Les liquides voient leur chiffre d'affaires baisser de - 3,8%, selon les données de Climpact et SymphonyIRI exclusives pour Rayon Boissons. Seul l'Ouest-Sud, englobant entre autres le Poitou-Charente et les Pays-de-la-Loire, est épargné avec même un léger effet positif de + 0,4%.

 

Dans les autres régions, les effets météo sont très variables : de - 1% dans le Nord jusqu'à - 9,3% dans le Sud Est, région la plus affectée par les baisses de température par rapport à l'an dernier.

 

Les catégories les plus touchées sont les concentrés pour boissons (- 10,7%), les eaux aromatisées (- 8,6%), ainsi que les panachés et bières sans alcool. Ce segment affiche au niveau national une baisse de - 10,5% et jusqu'à - 20,1% dans le Sud Est.

 

Sur les "poids lourds du secteur", on pourra noter l'impact fortement négatif (- 4,7%) de la météo sur les bières.

 

 

Source: Trad'Consulting via www.rayon-boissons.com

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136 - dans Vos Clés de la Cave
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 14:24

1.OOO magasins chinois en réalité augmentée

Après les QR codes: le supermarché en réalité augmentée

 

Entre la grande distribution et la nouvelle technologie, le coup de foudre perdure. Si le smartphone reste l’arme sine qua non d’achat, les munitions changent. Après Tesco et les QR codes, voici le chinois Yihaodian et la réalité augmentée !

 

 

En annonçant l’ouverture de 1000 magasins virtuels, Yihaodian, le géant chinois du e-commerce alimentaire propose un nouveau concept expérimental pour faire ses courses: des étalages vides dont les produits sont seulement visibles sur son téléphone. Avec « Unlimited Yihaodian », le premier supermarché en ligne de l’Empire du milieu - contrôlé à 51% par Walmart depuis début 2012 - entend offrir au consommateur une expérience encore plus originale.

 

En arrivant dans l'un des 1000 magasins de 1200 m2 - soit dix fois la taille moyenne d’un appartement chinois - le consommateur se retrouve face à des rayons vides. Le néant. C’est là que la réalité augmentée entre en scène. Grâce à la caméra de son smartphone, il sera possible de rendre la vie virtuelle à ce désert physique et bien évidemment de faire ses emplettes.

 

Les produits achetés en ligne seront ensuite livrés à domicile du client. Pour la première fois, la réalité augmentée, de plus en plus populaire dans les applications de navigation et de recherche, est utilisée pour permettre l’achat alimentaire. Et pour la première fois, un distributeur se permet le luxe d’ouvrir 1000 espaces pour les laisser vides.

 

 

 

 

On se souvient de l'opération « Tesco Homeplus Subway Virtual » menée par Tesco et l'agence Cheil dans le métro sud-coréen où des linéaires de produits étaient affichés sur les quais. Grâce aux QR codes intégrés, les usagers pouvaient acheter les produits désirés et se les faire livrer directement chez eux. Le distributeur britannique a ensuite remis le couvert en août dernier avec son kiosque digital interactif dans l’aéroport de Gatwick, à Londres. « Unlimited Yihaodian » est une nouvelle étape dans l’utilisation par la grande distribution des avancées technologiques du m-commerce.

 

Cette idée de magasin hybride est novatrice et audacieuse et elle offre un nouveau mode de consommation original et amusant. Mais, car il y a un mais, si nous arrivons à percevoir un intérêt marketing évident pour les marques, nous sommes moins convaincus sur l’intérêt pour le consommateur. Certes, après son opération dans le métro de Séoul, Tesco a vu ses ventes en ligne grimper de 130%, mais la différence avec « Unlimited Yihaodian », c’est que le public était sollicité sur son lieu de transport quotidien. Il n’avait pas à se déplacer dans un supermarché vide pour finalement faire ses courses en ligne et e faire livrer chez lui sans avoir pu vérifier le produit de ses propres mains...

 

 

 

Source: Trad'Consulting par Benjamin Adler via www.influencia.net

 

 

 

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 01:52

 Un digne représentant de la première appellation de la Gironde

                                                  imagesdegust-robe-du-vin.jpg

 

 

L'Origine du domaine est très ancienne puisqu'elle remonte au XVIe siècle. Situé en plein coeur du Bordelais, le vignoble se déploie sur des coteaux argilo-calcaires encépagés de merlots et cabernets.

 

La robe de ce vin millésimé 2010 est d'une belle couleur grenat foncé, au nez se dégagent des arômes épicés, des touches de vanille, de la réglisse douce et des effluves de torréfaction.

 

L'attaque en bouche est souple, des arômes de fruits mûrs envahissent le palais, les tanins sont agréablement enrobés et la finale se prolonge avec élégance. Bel équilibre d'ensemble pour un vin gourmand plein de charme.

 

Parfait pour accompagner harmonieusement viandes rôties ou grillées, volailles crémées, fromages à pâte cuite et salade de fruits rouges.

 

La médaille d'or qu'il reçoit au challenge international du vin n'est pas usurpé.

 

En tout état, une belle bouteille que l'on peut carafer dès maintenant ou mettre en cave jusqu'à l'année prochaine.

 

Retenu pour les formules d'abonnement  Magnum et Jéroboam.

 

 

Source: Trad'Consulting par Olivier  d'Almeida via http://tradconsulting1.wix.com/les-clefs-de

 

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136 - dans Vos Clés de la Cave
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 11:36

Galerie Dessins de presse "La grande distribution"

Les Lapinsgovin
Les grandes surfaces: délires ou réalités ? 





 

 

Source: Trad'Consulting via www.leslapinsgovin.over-blog.com

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 18:50

 Les 3 attitudes majoritaires face aux rayons vins : La honte, la peur de se tromper, la difficulté des accords mets/vins

 
Portrait de l

 

Lors de la deuxième journée marketing du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, Magali Dubeau (chef de groupe pôle vins et alcools du groupe Symphony IRI) et François Jumeau (directeur marketing CIVB) présentaient les particularités de l’acheteur de vins dans les linéaires des grandes surfaces. La frange d’acheteurs de vin a en effet un profil atypique par rapport à l’ensemble des visiteurs.

 

Ces acheteurs sont majoritairement masculins (55 % des clients) alors que pour les produits de grande consommation le public est plutôt féminin (74 %). Ces clients sont également plus âgés que la moyenne : 52 % ont plus de 45 ans, contre 45 % pour les rayons de produits courants.

 

Seulement 34 % des acheteurs de vins viennent au moins une fois toutes les deux semaines en rayons, contre 60 % pour les produits de grande consommation.

 

 

 

Les achats de vin en grande surface sont destinés à une consommation rapide, le jour même ou dans le week-end. 46 % des ventes de liquides sont en effet réalisés dans le week-end.

 

L’étude menée par Symphony IRI a classé les acheteurs de vins selon trois attitudes par rapport au rayon des vins :

 

- la honte de ne pas s’y connaître en vin. Ces acheteurs nourrissent un complexe par rapport aux experts, selon un de ces consommateurs « il faut connaître des trucs un peu bizarre, chardonnay et les trucs comme ça ». Ils n’ont pas de critères pour juger un bon vin, ils ont avant tout la crainte de ne pas apprécier celui qu’ils achétent.

 

- l’acceptation du risque de se tromper. Ces clients admettent qu’un vin acheté en grande surface puisse être mauvais. Ces consommateurs n’auraient pas de réflexe de réclamation. Car selon il n’y aurait pas de critères objectifs pour définir un bon vin : « si je n’aime pas la bouteille, je ne la rapporte pas... je la jette dans l’évier. Le chef de rayon ne va pas goûter et vous dire que vous avez raison. »

 

- la recherche d’un vin à associer avec un repas précis. Cette clé d’entrée  dans le rayon des vins mène à un paradoxe. Si la spécificité du plat est fixée, le consommateur connaît des difficultés à s’orienter dans le linéaire. De manière contradictoire, il en arrive à critiquer le « manque de choix en rayon ».

 

L’objectif principal de ces acheteurs est d’éviter de se tromper. 83 % des acheteurs lisent l’étiquette d’une bouteille avant l’achat, contre 56 % pour les produit communs. La moitié des acheteurs de vins ont acquis une bouteille comportant une mention (médaille, cuvée prestige...). Alors que ces distinctions sont peu comprises, les consommateurs se disent influencés par ces éléments de communication et de différenciation.

 

Les consommateurs recherchent également des appellations et marques de négociants connues et stables. De nombreux consommateurs se plaignent de l’instabilité des références dans les linéaires, « il est difficile de retenir une appellation ou un producteur car la prochaine fois il ne serai plus en rayon ». Face à ces inconnues, le prix est le levier majeur pour expliquer un achat. Pour 44 % des consommateurs c’est une raison d’achat, contre 24 % pour les produits de grande consommation.

 

Le temps moyen passé dans le rayon des vins est de 37 % supérieur à celui dédié à un rayon classique. 83 % des client attendent des rayons vins une présentation plus claire et 30 % souhaiteraient une meilleure signalétique. Cependant, c’est l’un des rares rayons qui soit apprécié par les acheteurs, étant même une source de recrutement et de fidélisaiton de la clientèle.

 

Source: Trad'Consulting via www.vitisphere.com

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136 - dans Vos Clés de la Cave
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 17:30

 

Un classement qui ne tombe pas du ciel

 

 

femme_rayon_vin.jpg

 

Rayon Vin part du principe que boire du vin est avant tout une excellente façon de profiter de la vie.

 
Le vin est un plaisir vieux comme le monde, mais plus vivant que jamais.
Il est à la fois sain, bon pour la santé mentale et transforme chaque dégustation positive en un enrichissement spirituel. Le but de ce site est de vous aider à limiter au maximum les expériences moins positives car, malheureusement, tous les vins ne sont pas bons. En vous proposant ce classement, nous voulons vous guider objectivement dans le rayon vin de votre grande surface.

Rayon Vin est donc un classement des vins vendus à moins de 15 euros dans les supermarchés. Ce classement ne tombe pas du ciel. Il est le reflet fidèle de l'opinion de tous les amateurs de vin. Ce sont des milliers de gens comme vous qui cotent les vins. En calculant une moyenne qui prend en compte les évaluations de très nombreux consommateurs  (voir formule ci-dessous), Rayon Vin vous propose une cote objective pour chaque flacon. Le fait que Rayon Vin ne vende pas de vin constitue évidemment une autre garantie d'objectivité.

Rayon Vin attache plus d'importance aux avis de Monsieur-Tout-Le-Monde qu'aux goûts personnels d'un expert ou d'un panel de spécialistes. Cette démarche offre de nombreux avantages.

  • Premier avantage: Rayon Vin est objectif, alors que les 'experts' préfèrent mettre en avant leurs préférences personnelles, qui ne sont pas forcément celles de la majorité de leurs lecteurs.

  • Deuxième avantage: Rayon Vin s'intéresse par définition aux vins bon marché (moins de 15 euros), alors que les 'experts' et les journalistes privilégient souvent les vins de garde plus chers, au détriment d'une attention plus soutenue aux petits vins démocratiques.

  • Troisième avantage: Rayon Vin vous parle uniquement des vins disponibles dans les supermarchés près de chez vous, alors que les critiques se concentrent souvent sur des vins que l'on ne trouve que chez un importateur déterminé.

  • Quatrième avantage : les listes de vins (et leur classement) sont mises à jour en permanence.

Vous l'avez compris, Rayon Vin ambitionne de devenir le seul véritable classement interactif des vins de supermarchés, objectivé par les dégustateurs amateurs de Bruxelles et de Wallonie. Grâce à vos évaluations (que nous saurons récompenser comme il se doit, voir à ce propos la rubrique 'votre avis sur les vins'), ce site peut également s'imposer comme une référence pour les supermarchés eux-mêmes. Pour arriver à une évaluation aussi objective que possible des vins, votre avis et celui des autres internautes est intégré dans une formule qui débouche sur une cote finale moyenne, exprimée en %:

CM= ( v : (v+m) ) x R + ( m : (v+m)) x C, qu'on peut détailler comme suit:


CM : cote finale moyenne
v : nombre total d'évaluations reçues
m : nombre minimum d'évaluations exigées (actuellement : 15)
C: moyenne des évaluations reçues
R: moyenne normale (somme des évaluations divisée par le nombre d'évaluations) pour un vin donné. C'est ici que vous exprimez votre avis en %, 100% étant un top absolu et 0% un flop total.

 

 

 

Source: Trad'Consulting via www.rayonvin.be  

 

 

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136 - dans Vos Clés de la Cave
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 10:58

Former plus pour vendre plus! 

Des cavistes ont été reçus à la Maison des vins de Fronsac pour une initiation à la dégustation.

Des cavistes ont été reçus à la Maison des vins de Fronsac pour une initiation à la dégustation. (F. D.)

Le Conseil des vins de Fronsac a reçu, par le biais de Bacchus France formation, une vingtaine de cavistes indépendants venant de toute la France. Ces derniers ont passé deux jours dans les vignobles de Bordeaux : un jour dans le vignoble des Côtes de Bourg et un jour dans le vignoble de Fronsac.

 

Bacchus France formation est basé à Royan, en Charente-Maritime, et dispense des formations sur le vin depuis 1992, pour les cavistes, grossistes, restaurateurs. Les cours s'effectuent principalement en régions de production, en partenariat avec les organismes de gestion et les interprofessions.


Vingt crus à l'aveugle

Les cavistes ont débuté leur journée à la Maison des vins de Fronsac, par une présentation des appellations et une dégustation à l'aveugle de 20 crus de Fronsac et Canon Fronsac (du millésime 2001 à 2011), afin d'appréhender, la découverte de l'appellation, le perfectionnement à la dégustation, les cépages et les terroirs.

 

Pour les guider dans cet apprentissage, Marc Quertinier, œnologue, était présent. Ils ont ainsi pu aborder des thèmes comme le vocabulaire de la dégustation, le commentaire d'un vin en public, le rapport « prix plaisir » et l'association mets et vins. L'après-midi était consacrée à la lecture de paysages et à la visite de trois châteaux, leur sélection « coup de cœur ». Les cavistes ont pu profiter de ce moment unique et fort que sont les vendanges, mais aussi comprendre l'adéquation des cépages au terroir, les méthodes culturales, l'art de l'assemblage, l'élevage en barriques.

 

Les cavistes sont repartis enchantés, convaincus de la qualité des vins de Fronsac et Canon Fronsac et bien décidés à les proposer à leur clientèle.

 

 

Source: Trad'Consulting par Frédéric DUPUY via www.sudouest.fr

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136 - dans World Wine Web
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 21:34

Les vins moelleux passent à table !

 

Quel est le point commun entre un vin Bordeaux-supérieur, un Cadillac, un Côtes-de-Bordeaux Saint-Maclaire, un Sauternes, un Premières Côtes de Bordeaux, un Sainte-Croix, un Loupiac, un Barsac, un Cérons, un Graves-supérieures ou encore un Sainte-Foy-Bordeaux ?

Ce sont tous des vins de Bordeaux moelleux ! Ils sont réunis sous l’égide de Sweet Bordeaux. Assez sucrés, on aime les vins Sweet Bordeaux pour leur goût fruité et leur onctuosité. Les cépages entrant dans leur assemblage sont essentiellement le sémillon, le sauvignon et la muscadelle.

 

Servis frais, on a l’habitude de les accorder avec le foie gras et les desserts. Ils sont aussi célèbres pour mettre en valeur de la meilleure des façons les fromages à pâte persillée comme du Bleu, du Stilton, du Roquefort ou encore de la Fourme d’Ambert. Mais ils peuvent également se servir pour accompagner des apéritifs de type tapas.


 

 

Aujourd’hui, on cherche de plus à plus à casser les codes et les idées reçues en consommant à table ces Sweet Bordeaux, aussi bien avec du poisson, de la volaille, de la viande blanche que des tartes salées.

L’exemple parfait en est le Château Bastor-Lamontagne, situé à Preignac au sud de Bordeaux sur une des terrasses de la Garonne, qui a développé une nouvelle cuvée : SO Sauternes.

Moins sucré, moins riche qu’un habituel sauternes, il accompagne avec brio aussi bien des mets sucrés que salés. C’est un vin fin, très fruité et plein de vitalité qui s’accorde sans flancher les plats épicés comme plats fortement iodés. Avec une brouillade d’oeufs aux oursins, c’est divin…

 

Laissez-vous tenter et bonne dégustation !

 

Source: Trad'Consulting via www.bordeaux.com

Repost 0
Published by TRAD'CONSULT0136 - dans World Wine Web
commenter cet article