Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 22:16

Evitons sa consommation pour préserver la biodiversité

Le guide poisson s’enrichit à nouveau avec le congre, impressionnant poisson à la forme de serpent et qui vit dans les profondeurs.

 

Le congre, un monstre des grands fonds menacé

Le congre, impressionnant poisson anguilliforme fait partie des spécimens dits des profondeurs. C’est pour cette raison que même si l’état de ses stocks est méconnu, nous le plaçons sans hésiter dans la liste des poissons « feu rouge », qu’il vaut mieux ne pas consommer pour préserver la biodiversité. La pêche en eaux profondes est en effet un désastre pour l’environnement. Si le sort du congre et des autres poissons des profondeurs vous importe, n’hésitez pas à signer la pétition !

De plus le congre est un poisson fragile comme nous le verrons, du fait d’un cycle biologique bien particulier et d’une maturité sexuelle tardive.

Le congre, serpent des mers

poisson feu rougeLe congre commun (Conger conger) est un poisson de la famille des congridés. C’est la forme de son corps qui le rend si peu avenant. Le congre est un poisson serpentiforme : très allongé, il évoque le reptile, comme sa cousine l’anguille avec qui il est parfois confondu. D’ailleurs, on le surnomme parfois « anguille des mers ».

Les deux poissons très semblables font partie du même ordre qui est celui des anguilliformes. On peut les distinguer en les observant de près car l’anguille présente une mâchoire prognathe, c’est-à-dire que sa mâchoire inférieure dépasse de la supérieure, alors que c’est l’inverse chez le congre : c’est la mâchoire supérieure qui est saillante.

Description

Le corps très allongé du congre présente une couleur allant du gris clair au brun foncé, voire au noir. Ses nageoires pectorales sont très développées, plus que celles de l’anguille.

Un adulte peut mesurer jusqu’à 3 mètres et peser jusqu’à 60 kg !

 Ces mensurations restent exceptionnelles. En moyenne, elles sont de 60 à 200 cm pour la taille et autour de 10 kg pour le poids… Un congre a une espérance de vie de 40 ans, à condition qu’il se soit reproduit tardivement. En effet, le poisson meurt après s’être reproduit. Il atteint sa maturité sexuelle à partir de 80 cm, le plus souvent de 100 cm, à partir de l’âge de cinq ans ou bien plus tard. Les femelles pondent au large, jusqu’à 8 millions d’œufs.

L’épreuve de la reproduction

Avant de se reproduire, le congre subit de lourdes transformations physiques : le tube digestif s’atrophie, les dents tombent, le squelette se décalcifie et l’abdomen se gonfle. En même temps, les organes sexuels se développent considérablement, pour atteindre 1/3 du poids !

 

Habitat et alimentation

Le congre est présent dans toutes les eaux atlantiques du Sénégal au cercle polaire et en Méditerranée.
Poisson des abysses, le congre se plaît dans les fonds rocheux et sableux. Il aime se cacher dans les épaves. Chasseur nocturne, il est rare de le rencontrer en plein jour.

C’est un prédateur très vorace qui chasse les autres poissons de fond, les crustacés et les céphalopodes. Ses mâchoires sont garnies d’une rangée externe d’incisives très serrées formant un bord tranchant. A ces incisives s’ajoutent des dents coniques, robustes, qui lui permettent de s’attaquer à n’importe quel autre animal. Même les carapaces des homards n’y résistent pas ! On comprend pourquoi les pécheurs se montrent très précautionneux et craignent pour leurs doigts… Il arrive également au congre d’être charognard.

Congre, santé et pollution

En tant que prédateur, le congre fait partie des espèces pouvant accumuler des quantités très importantes de contaminants, polluants et autres substances indésirables, comme le mercure tout particulièrement.

Il est important de protéger les personnes les plus sensibles, c’est-à-dire les femmes enceintes et les enfants ; il leur est ainsi recommandé d’éviter totalement la consommation d’espèces susceptibles de contenir du mercure comme l’espadon ou la lamproie par exemple et de manger en quantité limitée (une portion par semaine) les poissons contenant un « taux moyen de mercure »

 

La pêche du congre

Le congre représente 10% des prises européennes d’espèces profondes. Il se pêche surtout au palangre. Il s’agit d’un cordage sur lequel sont positionnées des lignes plus courtes munies d’hameçons. Ce type de pêche cause bien des dégâts et est notamment responsable de la disparition de certains oiseaux marins tels que les albatros qui se retrouvent piégés. Les oiseaux ne sont pas les seuls à être en danger à cause de la pêche au palangre : c’est le cas aussi des requins et des tortues de mer.

Le congre est également recherché pour la pêche sportive, car c’est un lutteur coriace.

  • Taille minimale de capture : 58 cm

Le congre représente aussi une cible très appréciée des chasseurs.

Pour une chasse responsable

  • Maille préconisée par la Fédération française de pêche en mer (2007) : 58 cm sur toutes nos côtes.
  • Maille préconisée par la FCSMP (2007) : 100 cm en Méditerranée.
  • Maille légale (1999) : 58 cm en Atlantique.

(1)Sources Apnea.fr , gastromer.ch, pratique.fr

*

 

Source: Tradconsulting via www.consoglobe.com

Partager cet article

Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article

commentaires