Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 10:27

Et en voiture, Ernest !

Une invention qui lui vaut le prix national Stars et Métiers 2012.

Des aoûtiens gourmands sont servis par Martial, un des ambassadeurs de l'esquimau Ernest avec son triporteur.

Des aoûtiens gourmands sont servis par Martial, un des ambassadeurs de l'esquimau Ernest avec son triporteur. (photo xavier léot ). La Rochelle.

Qui dit triporteur dit trois roues. Deux grosses à l'avant, une petite à l'arrière. Plus deux pédales pour propulser l'engin, destiné, comme son nom l'indique, à porter quelquechose. Dans le film de Pinoteau, Darry Cowl était boulanger. Aujourd'hui, la plupart des triporteurs se rencontrent à proximité des plages, chargés d'une cargaison de glaces.

 

Chez Ernest le glacier, le triporteur est bien là, les crèmes glacées aussi, évidemment. À part ça, le véhicule qui a fait une apparition remarquée, ces derniers jours, devant la médiathèque, quai Valin ou place de Verdun, n'a rien à voir avec le triporteur de nos grands-pères.

Énergie électrique

À vrai dire, c'est un véhicule assez révolutionnaire. Premièrement, le vendeur qui se déplace avec le chargement gourmand n'a nul besoin de pédaler, son triporteur étant propulsé par l'énergie électrique. Deuxièmement, un réseau de batteries assure la production de froid permanent pour la glacière isotherme.

 

Et qu'y-at-il dans cette glacière ? Des bâtonnets, et seulement des bâtonnets. Tous enrobés d'une fine couche de chocolat Valrhona, et déclinés en six parfums (vanille-noix de pécan, coco, fraise-menthe fraîche, mangue, fruits de la passion, framboise).

 

Le tout - triporteur électrique et système de conservation de la glace - vaut aux frères Babin, qui ont repris l'entreprise Ernest fondée par leurs parents, d'être élus lauréats du prix national Stars et Métiers 2012 (lire par ailleurs), dans la catégorie dynamique commerciale.

 

Ce prix, qui leur sera remis en décembre, est une distinction de poids. « C'est exceptionnel, c'est la première fois qu'un artisan des métiers de bouche le reçoit, commente Freddy Babin. Ce prix couronne treize ans de création et de développement de l'enseigne. Nous sommes sensibles à cette reconnaissance, d'autant qu'on ne s'y attendait pas. Pour nous, c'est le Graal ! On devient ambassadeur de l'artisanat pendant un an. »

 

Cela dit, pourquoi le triporteur ? « Parce que nous étions sollicités depuis longtemps par les organisateurs d'événements tels que le Festival du film ou les manifestations organisées à l'Espace Encan, pour proposer nos produits sur place. Or la glace, c'est délicat et contraignant. Nous avons donc cherché une solution. »

 

12 000 esquimaux par an
 

Freddy et Nicolas Babin jugent que le bâtonnet glacé est le produit le plus adapté à cette clientèle particulière. En 2010, ils ont lancé la commercialisation du bon vieil esquimau, mais dans la pure tradition artisanale. « L'esquimau glacé est très ancien, mais on ne sait plus le faire de nos jours, on ne trouve que des produits industriels », explique Freddy Babin. Les bâtonnets d'Ernest, fabriqués dans le laboratoire de la rue du Port, sont aussi onctueux que les fameuses crèmes glacées vendues en pot ou au cornet. « En 2009, nous avons découvert une machine à fabriquer les bâtonnets chez un petit artisan italien. Nous lui avons demandé de la mettre au point et, après avoir reçu cette machine, nous avons travaillé près d'un an pour acquérir la technique et obtenir un produit impeccable. »

 

La clientèle ne s'y est pas trompée. Ernest vend quelque 12 000 esquimaux par an. « On pourrait en faire beaucoup plus, souligne M. Babin, mais il faudrait le valoriser. » C'est le rôle du triporteur.

 

Source : Trad'Consulting avec,  Christiane Poulin et Sud- Ouest  www.sudouest.fr

Partager cet article

Published by TRAD'CONSULT0136
commenter cet article

commentaires