Mercredi 10 avril 3 10 /04 /Avr 09:58
MARGAUX-PAV-ROUGE.jpg

À Bordeaux, le salarié d'un magasin de vins volait des grands crus pour les revendre sur Internet. Le préjudice est estimé à 110.000 euros.

Les prix, qui défiaient toute concurrence, étaient trop osés pour ne pas attirer l'attention, rapporte le journal Sud Ouest mardi. Fin mars, un amateur de vin et membre d'une maison de négoce bordelaise repère sur un site de vente en ligne des bouteilles grand crus vendues à un prix très attractif par rapport au prix du marché. Un seul et même vendeur proposait plusieurs bouteilles de Château Margaux 1961, vendues 600 au lieu de 5000 euros, des bouteilles de Château Haut-Brion 1959 et 1949, vendues 750 euros au lieu de 2000 euros, mais aussi des bouteilles de Mouton-Rothschild et de Cheval Blanc.

Or, ces prestigieux millésimes correspondaient à des vols sans effraction signalés par un négociant bordelais, qui dès juillet 2012, avait remarqué des écarts dans ses stocks. Autre coïncidence, sur l'annonce de la bouteille de Château Margaux 1961, était précisée la mention «réembouteillé avec marquage laser». Or, «la maison de négoce bordelaise avait justement refait les niveaux et réembouteillé ce millésime», précise le quotidien, «et elle était la seule à l'avoir fait en 2008». Le négociant a porté plainte le 3 avril. La Brigade des cambriolages de la sûreté départementale, chargée de l'enquête, a rapidement identifié les deux coupables: l'employé de la boutique confiait les bouteilles volées à un complice, identifié sur le site de vente en ligne. Le «préjudice cumulé» est estimé à «près de 110.000 euros TTC, prix négociant».

«Les voyous n'étaient pas de très haut niveau»

Joint par lefigaro.fr, un policier de la brigade affiche sa satisfaction: «C'est une belle affaire par rapport au produit, au butin, et au montant des préjudices». Il souligne que «l'enquête a été rapide, car pour une fois le site de revente en question a été réactif à nos demandes». Ce type de produits «n'est pas très courant» précise-t-il, et dans cette affaire, «les voyous n'étaient pas de très haut niveau». Chez le vendeur, les enquêteurs ont ainsi retrouvé une partie de la quarantaine de bouteilles volées, certaines ayant déjà fait le bonheur d'acquéreurs. Le receleur était de mèche avec l'employé de la boutique, un «ami» pour qui il gardait et mettait en vente le vin. L'ami en question, préparateur de commandes dans le magasin, cachait les bouteilles dans des cartons de vin ordinaire. Le receleur et le voleur, qui ont plaidé coupable, seront jugés lors d'une comparution par reconnaissance préalable de culpabilité.

Source: Trad'Consulting par Emmanuelle Germain via www.lefigaro.fr


Par TRAD'CONSULT0136 - Publié dans : World Wine Web
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés